Did you know that your version of Internet Explorer is out of date?
To get the best possible experience using our website we recommend downloading one of the browsers below.

Internet Explorer 10, Firefox, Chrome, or Safari.

BÉNÉVOLAT DÉFENDEZ LA CAUSE

Combattants de la FK

Wiktoria Lachowski
27 ans, Calgary, Alberta

Mon rêve de devenir une célèbre cantatrice est né le jour où j’ai remporté monpremier concours de chant à l’âge de 9 ans. Debout sur la scène, entourée d’applaudissements, j’étais au paradis et c’est à ce moment que je me suis aperçue que j’étais née pour chanter.

Mon amour de l’opéra a débuté quand j’étais petite et que je regardais les concerts de musique classique avec mon père. Non seulement j’aimais regarder les opéras, mais je me voyais sur scène, dans l’opéra, ma voix atteignant les coins les plus reculés de la salle, respirant profondément et chantant chaque note avec justesse.

Toutefois, la réalité de ma lutte contre la fibrose kystique a lentement érodé ma détermination à devenir chanteuse, et à l’âge de 11 ans, ma vie était trop encombrée par les demandes quotidiennes de cette maladie pour me permettre de poursuivre mon rêve. J’ai reçu mon diagnostic de fibrose kystique à l’âge de deux mois et comme la plupart des personnes atteintes de cette maladie parfois invalidante, les admissions à l’hôpital pour des infections pulmonaires et des taux d’oxygène trop bas ont ponctué mon enfance.

J’ai vécu plusieurs crises de santé reliées à la fibrose kystique qui ne m’ont laissé d’autre choix que d’envisager une transplantation pulmonaire bilatérale. En 2011, ma fonction pulmonaire a atteint son niveau le plus bas, 26 pour cent, et ma famille et moi avons dû confronter la réalité et prendre une décision difficile. J’étais trop fatiguée pour accomplir les tâches les plus faciles et chanter était devenu impossible.

Mes parents, cherchant désespérément d’autres moyens d’améliorer ma santé, m’ont emmenée à Victoria, en Colombie-Britannique, pour un séjour de trois mois près de l’océan. Nous cherchions tous les moyens d’améliorer ma fonction pulmonaire, afin de gagner du temps pour peser le pour et le contre d’une transplantation. La longue convalescence et la possibilité de complications, notamment d’un rejet, nous effrayaient.

Quelques jours après mon arrivée à Victoria, je constatais déjà les effets positifs sur ma respiration de la présence de l’océan et de l’air salé. J’ai commencé à marcher de longues distances chaque jour sur la plage, mon niveau d’énergie s’est amélioré et chanter est redevenu une possibilité.

À mon retour à Calgary, ma fonction pulmonaire avait augmenté de 26 à 36 pour cent, 10 pour cent en trois mois! Mon médecin était stupéfait par les changements au niveau de ma santé et m’encourageait à continuer dans le même sens. Mes voyages à Victoria avec ma famille se sont poursuivis et sont devenus plus fréquents.

Ma santé s’améliorant, j’ai finalement pu reprendre le chant. J’ai commencé à prendre des leçons et je suis très reconnaissante envers mes talentueux professeurs qui m’offrent un grand soutien et m’aident à atteindre mon but. Le chant fait partie de moi et jamais je n’arrêterai de lutter pour chanter.

Partager