Did you know that your version of Internet Explorer is out of date?
To get the best possible experience using our website we recommend downloading one of the browsers below.

Internet Explorer 10, Firefox, Chrome, or Safari.

BÉNÉVOLAT DÉFENDEZ LA CAUSE
cf insights cf insights

Pleins feux : La randonnée de la famille Vanstone sur la Grande Muraille de Chine

En septembre dernier, Madi Vanstone, combattante de la FK âgée de 17 ans, et Beth, sa mère, ont réalisé la randonnée en Chine en soutien à Fibrose kystique Canada. Durant cinq jours, la mère et la fille ont parcouru la Grande Muraille de Chine et récolté plus de 32 000 $ pour la recherche et les soins liés à la FK.

Lisez notre entretien avec Madi et Beth au sujet de leur récent voyage en Chine :

 

Pourquoi avez-vous décidé de relever le défi de la Grande Muraille de Chine?

Quand nous avons lu au sujet de l’édition internationale de la Marche Faites de la fibrose kystique de l’histoire ancienne qui s’est déroulée au Pérou, nous nous sommes exclamées qu’il fallait que nous le fassions! Nous participons à la Marche Faites de la fibrose kystique de l’histoire ancienne à Toronto depuis 17 ans et nous avons pensé que ce serait un défi intéressant et gratifiant. Il nous a semblé que ce serait une occasion rêvée de recueillir des fonds au profit de Fibrose kystique Canada et de célébrer la bonne santé de Madi grâce au médicament Kalydeco.

En nous informant davantage, nous avons appris que l’altitude à laquelle se trouve le Machu Picchu pouvait représenter un problème pour les poumons de Madi. Nous avons donc examiné d’autres options et la Grande Muraille de Chine convenait parfaitement. Recueillir des fonds et sensibiliser les gens à la fibrose kystique sont des choses tellement importantes pour nous et il nous semblait que c’était un moyen idéal de faire les deux.

 

Comment vous êtes-vous préparées pour la randonnée?

Nous avons d’abord élaboré un programme d’exercices. Puis, nous avons commencé par acheter nos bottes de randonnée, car il est primordial de porter des bottes bien ajustées et qui ont été bien assouplies. Armées de nos nouvelles bottes et de nouveaux bâtons de randonnée, nous nous sommes mises à la recherche de lieux de marche intéressants et exigeants. Nous avons trouvé sur Internet une multitude de superbes sentiers de randonnée situés à différentes altitudes et de diverses longueurs.

Nous avons eu beaucoup de plaisir à nous entraîner en parcourant ces sentiers en compagnie de nos chiens. Au début, nous avons travaillé sur les distances en augmentant graduellement chaque semaine. Lorsque nous sommes habituées à une plus longue distance, nous avons commencé à chercher des sentiers en montée en vue des nombreux escaliers de la Grande Muraille que nous allions devoir gravir.

Nous avons ajouté la salle d’entraînement à notre programme en mettant l’accent sur un entraînement physique complet afin de nous assurer d’avoir suffisamment de forces pour transporter nos sacs à dos durant des périodes de six à huit heures. Tout en nous entraînant, nous nous sommes concentrées sur des initiatives de financement. Nous avons fabriqué des articles pour les vendre au marché fermier, nous avons vendu nos casquettes « Just Breathe » et nous avons été très actives en ligne à parler de notre voyage et à solliciter des dons. Nous sommes très fières de dire que nos efforts ont porté leurs fruits et que nous avons réussi à récolter plus de 32 000 $.

 

Pouvez-vous nous parler de votre voyage en Chine? Comment s’est-il déroulé?

Le voyage a surpassé toutes nos attentes les plus inimaginables! L’équipe de Charity Challenge a été fabuleuse et s’est occupée de tous les détails du voyage, et même davantage. Nous nous sommes rencontrés au premier lieu d’hébergement et nous avons été présentées au groupe. Nous faisions partie d’un groupe du Royaume-Uni et, à notre grande surprise, il y avait un merveilleux couple de Montréal qui marchait aussi pour Fibrose kystique Canada, car leur fille de 18 ans est également atteinte de FK.

Il y avait trois guides qui étaient tous des randonneurs et des voyageurs chevronnés. Il y avait Tony qui est Chinois et qui avait planifié chaque détail à la perfection, que ce soit la question de la barrière linguistique, les déplacements à Pékin ou le soutien positif et le leadership au long du parcours. Il y avait également Ray, un autre randonneur de haut calibre, qui nous a apporté un soutien exceptionnel et qui a pris soin que le voyage soit sécuritaire et amusant. Robert, le troisième guide, a soutenu les deux autres pour faire en sorte que chacun puisse vivre une belle expérience tout au long de la randonnée.

La première journée a commencé par un trajet d’une heure et demie en autobus jusqu’à la Grande Muraille. Une fois arrivés à destination, nous nous sommes réchauffés brièvement avant de gravir les 1 050 marches menant au mur. Malgré notre entraînement, l’ascension a été difficile, mais la muraille était tout simplement extraordinaire. Les montagnes étaient magnifiques et verdoyantes, ce à quoi nous ne nous attendions pas vraiment.

La majeure partie de la marche a consisté en escaliers de diverses hauteurs et largeurs. Nos bâtons de randonnée ont été très certainement des plus utiles. Le groupe était composé de personnes de tous âges avec différents niveaux de capacité physique. Certains randonneurs se sont lancés tête première, d’autres ont fait le parcours à leur propre rythme et ceux qui éprouvaient des difficultés à l’occasion prenaient des pauses, au besoin.

À la fin de chaque journée de randonnée, un autobus nous amenait jusqu’au lieu d’hébergement suivant. Nous avions généralement autour d’une heure pour prendre notre douche et nous préparer avant le souper avec les autres membres du groupe qui était suivi d’une séance d’information sur la partie de la muraille que nous allions parcourir le lendemain. Après le repas, certains s’attardaient pour discuter un peu et les autres retournaient à leur chambre pour préparer leurs affaires en vue du lendemain. On se levait généralement autour de 6 h 30 pour le déjeuner.

La randonnée n’a jamais été ennuyante. Chaque jour, nous parcourions une portion différente de la muraille. Un jour, nous avons marché sur une partie très occupée où l’on trouve un joli petit village touristique avec des boutiques, des restaurants et des télécabines pour que les touristes puissent contempler la beauté de la muraille. Un autre jour, nous avons marché presque toute la journée à côté d’une portion du mur qui se trouvait dans un état de délabrement avancé par manque d’entretien durant des centaines d’années. Néanmoins, la plupart du temps, nous n’avons croisé personne ou presque, puisque nous étions loin des sections touristiques.

Nous avons participé à quelques sorties de groupe organisées par Charity Challenge. Nous avons eu la chance de visiter un célèbre restaurant chinois ainsi qu’une fabrique de jade. De retour à notre chambre, le soir, il était impressionnant de revoir les photos de journée et de constater jusqu’où nous étions allées et jusqu’à quelle altitude nous avions grimpé. C’était à la fois gratifiant et motivant de réaliser ce dont nous étions capables.

Le dernier jour, Tony nous a fait découvrir certains lieux historiques de Pékin à l’occasion d’une magnifique visite qu’il nous avait organisée. L’histoire derrière tout ce que nous avons vu était fascinante. Nous avons adoré chaque instant de cette visite instructive et toute cette histoire vue de si près.

 

Quelles ont été pour vous les surprises de ce voyage?

Je crois que le plus surprenant est l’ampleur de la différence entre la Chine et le Canada. Bien sûr, nous nous attendions à ce que les choses soient différentes, mais certains éléments culturels étaient si intéressants à découvrir. La muraille est plus magnifique et diversifiée que nous l’imaginions. Chaque jour, l’expérience était tout à fait différente.

 

Qu’est-ce que #unmondesansFK signifie pour vous?

Un monde sans fibrose kystique signifierait que nous n’aurions plus à interrompre l’école, le travail et notre vie en général pour aller passer deux semaines à l’hôpital. Cela signifierait que nous n’aurions plus besoin de réclamer l’accès à des médicaments qui peuvent sauver la vie des patients FK.

Dans un monde sans FK, on n’aurait plus à porter le deuil pour nos amis emportés par cette horrible maladie. Nous n’avons pas connu la « normalité » depuis le diagnostic de Madi à huit mois, alors ce serait merveilleux. Les personnes atteintes de FK connaissent trop bien l’angoisse de vivre au quotidien avec cette épée de Damoclès qui peut bouleverser très vite vos plans lorsqu’une nouvelle toux se déclare. Nous avons espoir en la découverte prochaine d’un traitement curatif et nous sommes très heureuses de contribuer à atteindre un tel but.