Did you know that your version of Internet Explorer is out of date?
To get the best possible experience using our website we recommend downloading one of the browsers below.

Internet Explorer 10, Firefox, Chrome, or Safari.

Trouvez toutes les mises à jour, informations et ressources concernant la COVID-19 sur le site web de FK Canada ici.

BÉNÉVOLAT DÉFENDEZ LA CAUSE
cf insights cf insights

Répercussions de la recherche : Apprentissages sur l’antibiorésistance tirés des travaux du Dr Miguel Valvano

Le Dr Miguel Valvano, financé par Fibrose kystique Canada, a terminé en mars 2015 un projet échelonné sur trois ans qui a permis de mieux comprendre l’antibiorésistance des bactéries. Il a étudié un type précis de bactérie, Burkholderia cepacia, souvent responsable d’infections pulmonaires chez les personnes fibro-kystiques. Burkholderia vit dans le sol et a donc appris à survivre dans un environnement où les antibiotiques contaminent souvent les écosystèmes du sol. Bien que la bactérie Burkholderia soit extrêmement résistante aux antibiotiques, les chercheurs n’arrivaient pas à bien justifier cette résistance.

Le Dr Valvano et son équipe de la University of Western Ontario (Canada) et de la Queen’s University Belfast (Royaume-Uni) ont étudié des parties de la couche extérieure, ou enveloppe, de la bactérie Burkholderia en particulier, afin de déterminer ce qui la rend stable. Lors de travaux antérieurs, ils avaient trouvé que l’enveloppe de la bactérie jouait un rôle majeur dans l’antibiorésistance. Ils avaient aussi découvert qu’en plus de résister aux antibiotiques, Burkholderia pouvait se défendre contre des molécules antimicrobiennes produites par le système immunitaire naturel de l’organisme, en sécrétant des molécules parvenant à stopper l’action de ces antimicrobiens naturels. Burkholderia produit davantage de ces molécules lorsque la personne hôte est sous traitement antibiotique.

En étudiant l’enveloppe cellulaire de Burkholderia, l’équipe du Dr Valvano a trouvé qu’elle ne contient pas un certain type de molécule qui aide à stabiliser la couche cellulaire externe, ce qui rend la bactérie plus sensible à la réponse immunitaire naturelle de l’organisme. Ils ont aussi identifié d’autres parties de l’enveloppe cellulaire qui jouent un rôle essentiel dans l’antibiorésistance et trouvé des molécules capables d’interférer avec ces processus. Les futurs travaux de l’équipe du Dr Valvano porteront sur des façons d’affaiblir l’enveloppe cellulaire de la bactérie pour la rendre plus sensible aux antibiotiques. Le but ultime de ces travaux est de mieux comprendre l’antibiorésistance de Burkholderia et d’autres agents pathogènes dans la FK et de mettre au point des médicaments qui peuvent les éradiquer efficacement, minimisant le risque d’infections chez les personnes atteintes de FK.

Ces travaux sur l’antibiorésistance bactérienne ont été présentés dans plusieurs bulletins d’actualité, dont certains télévisés. Cliquez ici pour lire un billet de blogue à propos de ces travaux (en anglais).

Le saviez-vous?

Cette recherche a été rendue possible au départ grâce à un financement octroyé dans le cadre de l’Initiative spéciale de recherche FK – À la mémoire de Michael O’Reilly. Cette initiative avait été annoncée en 2001 et comprenait un financement de 900 000 $ sur cinq ans pour explorer et découvrir de nouvelles approches de traitement des personnes atteintes de FK porteuses du complexe Burkholderia cepacia et d’autres bactéries multirésistantes dans leurs poumons.

Le Dr Valvano est l’ancien directeur de l’initiative de recherche O’Reilly et a reçu un Prix Zellers du chercheur émérite de Fibrose kystique Canada pour ses travaux de recherche. Depuis 2012, il dirige deux équipes de recherche au Canada et au Royaume-Uni dont les travaux portent sur Burkholderia.

Bio:

Le Dr Miguel Valvano possède une chaire de recherche en microbiologie et maladies infectieuses de la Queen’s University de Belfast, au Royaume-Uni, et a déjà été titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1 en maladies infectieuses et pathogénie microbienne de la University of Western Ontario, Canada. Il a consacré sa carrière de chercheur à tenter de comprendre le rôle de la bactérie dans la maladie. (http://publish.uwo.ca/~mvalvano/)