Did you know that your version of Internet Explorer is out of date?
To get the best possible experience using our website we recommend downloading one of the browsers below.

Internet Explorer 10, Firefox, Chrome, or Safari.

BÉNÉVOLAT DÉFENDEZ LA CAUSE

Pleins feux sur la recherche

COMPRENDRE CE QUI DÉCLENCHE LA MALADIE PULMONAIRE CHEZ LES PERSONNES FIBRO-KISTIQUES

QUESTIONS ET RÉPONSES AU DR JUAN IANOWSKI

Professeur adjoint, University of Saskatchewan

 

Pouvez-vous nous parler un peu de vous?

Je suis né à Buenos Aires, en Argentine, en 1970. Depuis mon jeune âge, je m’intéresse à la biologie. Tout jeune, je passais déjà mes temps libres à observer les oiseaux, à collectionner les insectes et à lire des ouvrages sur les sciences de la vie. Après mes études secondaires, j’ai étudié la biologie à la Faculté des sciences exactes et naturelles à l’Université de Buenos Aires, où j’ai obtenu un diplôme équivalent à une maîtrise en physiologie.

En 1998, j’ai quitté l’Argentine pour entreprendre des études supérieures spécialisées en physiologie épithéliale au Département de biologie de la McMaster University, à Hamilton, en Ontario, où j’ai été supervisé par le Dr Mike O’Donnell. J’ai reçu mon doctorat en 2004. J’ai par la suite fait des recherches postdoctorales pendant cinq ans. En 2009 (après 19 ans d’études universitaires, tous cycles confondus), j’ai lancé mon propre laboratoire de recherche à la University of Saskatchewan, dans la belle ville de Saskatoon, à titre de professeur adjoint en attente d’une permanence au sein du Département de physiologie.

Qu'est-ce qui vous a amené à participer à la recherche sur la fibrose kystique (FK), et qu'aimez-vous particulièrement à propos de votre travail?

La FK est vraisemblablement la pathologie du tissu épithélial ayant fait l’objet du plus grand nombre d’études. Alors, en tant qu’étudiant de cycle supérieur, j’ai commencé à m’intéresser de près à cette maladie, puis après avoir terminé mon doctorat, j’ai reçu une bourse d’études postdoctorales de Fibrose kystique Canada pour étudier la maladie pulmonaire en présence de FK, sous la supervision du Dr John Hanrahan, soit l’un des meilleurs chercheurs canadiens dans ce domaine. Cette période de ma carrière a été à la fois très productive et révélatrice, et m’a mis sur la voie du succès à titre de chercheur spécialisé en FK.

Ce que j'aime par-dessus tout de mon travail est l'aspect découverte : la méthodologie des essais et la mise au point de techniques expérimentales qui nous permettent d'approfondir notre compréhension de la FK.

Quelles sont vos dernières découvertes en matière de recherche?

Nos plus récentes découvertes, publiées dans la revue Nature Communications, décrivent une réponse jusqu’ici inconnue au sein du système immunitaire inné contre les agents pathogènes qu’il est possible d’inhaler, comme Pseudomonas aeruginosa. À l’aide de modèles porcins, nous avons montré que la réponse des voies respiratoires d'animaux sains aux agents pathogènes inhalés était la production d’une grande quantité de liquide par des glandes sous-muqueuses, à l’endroit même où se trouvaient les bactéries. Ce liquide emprisonne et éradique les agents pathogènes, dégageant ainsi les voies respiratoires et aidant à préserver la santé des poumons. Cette réponse est toutefois absente chez les porcelets chez qui la protéine CFTR est absente. L’inhalation d’agents pathogènes ne déclenche pas la réponse sécrétoire dans les voies respiratoires.

Qu'est-ce que cela signifie pour les personnes atteintes de FK?

Nos résultats laissent croire que l’absence de réponse sécrétoire dans les voies respiratoires des personnes fibro-kystiques réduit la capacité des poumons d’emprisonner et d’éradiquer les bactéries et donc de dégager les voies respiratoires. Par conséquent, les bactéries tendent à demeurer plus longtemps dans les voies respiratoires, favorisant les infections et l’inflammation.

Nos travaux pourraient aussi mener au renforcement de la santé pulmonaire grâce à des traitements qui pourraient régler le problème de production glandulaire de liquide. Nous étudions actuellement cette possibilité en collaboration avec le Dr Julian Tam, directeur de la clinique de FK pour adultes du Royal University Hospital de Saskatoon.

Quelles sont les prochaines étapes de vos travaux?

Nous nous intéressons de près à l’étude du foyer initial de la maladie dans les poumons atteints de FK et à la manière avec laquelle la maladie évolue. Nous tenterons également de savoir ce qui distingue ces foyers des autres parties saines des poumons touchés par la FK. À cette fin, nous avons élaboré une méthode spéciale de tomodensitométrie qui produit des images dont la résolution est de jusqu’à 100 fois supérieure à celle des dispositifs médicaux standard.

Nous voulons aussi étudier à quel point les infections bactériennes sont responsables de la maladie pulmonaire chez les patients fibro-kystiques. Nous hébergerons des porcs atteints de FK dans des conditions stériles, afin que leurs poumons ne soient porteurs d’aucuns microbes. Si c’est l’infection qui cause la maladie pulmonaire, ces animaux non-porteurs de microbes ne devraient pas contracter de maladie pulmonaire.

Finalement, nous voulons étudier les nouvelles complications qui pourraient survenir étant donné que les patients fibro-kystiques vivent plus longtemps. En particulier, nous désirons nous pencher sur les anomalies touchant le système nerveux périphérique. En collaboration avec la Dre Verónica Campanucci, également de la University of Saskatchewan, nous étudions comment les neuropathies peuvent atteindre l'intestin et la fonction cardiovasculaire avec le vieillissement des patients FK.

 

 

Fait éclair

Le Dr Ianowski a reçu le Prix du chercheur émérite 2018 de Fibrose kystique Canada pour l’ensemble impressionnant de ses travaux visant à comprendre les causes sous-jacentes de la FK.