Toutes les mises à jour et ressources de Covid-19 peuvent être trouvées ici : Information au sujet de Covid-19 pour la communauté Fibro-Kystique
Skip To Content
BÉNÉVOLAT DÉFENSE DES DROITS
cf insights cf insights

Les infections bactériennes dans les poumons chez les personnes fibro-kystiques sont dans la mire des chercheurs dont les travaux sont financés par Fibrose kystique Canada

Au cours des 60 dernières années, la communauté de la recherche sur la fibrose kystique (FK) a fait de grands progrès qui ont permis d’améliorer la qualité de vie et les soins offerts aux patients atteints de FK. Et ces progrès se poursuivent aujourd’hui. En fait, les nouvelles découvertes et les recherches en cours continuent de changer la façon dont les soins sont prodigués aux personnes fibro-kystiques. C’est grâce aux progrès de la recherche que le traitement antimicrobien, qui tue ou inhibe la croissance de micro-organismes comme les bactéries, les champignons ou les protozoaires, a pratiquement fait doubler l’espérance de vie des Canadiens atteints de FK. En dépit de ces progrès, les infections bactériennes continuent de provoquer des exacerbations pulmonaires et d’augmenter le risque de décès chez ce groupe de patients. Pour réduire ces risques, on aura souvent recours à des antibiotiques inhalés. Même en prescrivant une antibiothérapie intensive, les bactéries peuvent toujours se développer dans les voies respiratoires, générant des infections chroniques.

Pseudomonas aeruginosa est la plus connue de ces bactéries, et la plus répandue chez les adultes atteints de FK. Pire encore, P. aeruginosa peut survivre à une antibiothérapie, même lorsque les laboratoires cliniques diagnostiquent la bactérie isolée comme étant sensible aux antibiotiques. Pour couronner le tout, P. aeruginosa peut produire un arsenal de toxines qui provoquent une inflammation des voies respiratoires des personnes fibro-kystiques. Il est essentiel de trouver un moyen de tenir cette bactérie nocive à distance pour garantir des soins à long terme aux patients. Heureusement, de nouvelles recherches sont porteuses d’espoir à cet égard.

Des chercheurs canadiens spécialistes de la FK de l’Université McGill s’efforcent de comprendre la meilleure façon d’empêcher P. aeruginosa de se développer dans les voies respiratoires des personnes fibro-kystiques. Le Dr Dao Nguyen et son équipe, dont les travaux sont financés par Fibrose kystique Canada, ont récemment publié une étude qui décrit en détail comment P. aeruginosa peut survivre à une antibiothérapie intensive. Ils ont constaté que certains enfants atteints de FK étaient toujours porteurs de P. aeruginosa un mois après que la bactérie ait été détectée pour la première fois, et ce, même en ayant suivi une antibiothérapie biquotidienne.

Certaines cellules immunitaires sont spécialisées dans la destruction des bactéries. L’une des façons mises en œuvre pour y parvenir est de les avaler. L’équipe du Dr Nguyen a constaté que, et cela constitue la principale conclusion de l’étude, les cellules de P. aeruginosa ayant survécu à un traitement antimicrobien démontraient une plus grande résistance aux cellules immunitaires.

DES PISTES POUR DE FUTURS TRAVAUX DE RECHERCHE

Grâce à leurs travaux, le laboratoire Nguyen a mis en évidence l’importance d’étudier la manière dont P. aeruginosa interagit avec le système immunitaire d’un patient atteint de FK. La capacité d’une population de P. aeruginosa à résister à une antibiothérapie peut dépendre soit de la capacité du système immunitaire à tuer les cellules, soit de la capacité de la souche de P. aeruginosa à échapper au système immunitaire. Dans les deux cas, cela ouvre la voie au développement de nouveaux traitements qui favoriseront l’élimination des populations de bactéries infectieuses par les cellules immunitaires.

Dr. Dao Nguyen

Associate Professor, Department of Medicine, McGill University
Physician, Div Respirology, McGill University Health Centre 
Scientist, Meakins Christie Laboratories and RESP program, Research Institute of the McGill University Health Centre 
Director, McGill Antimicrobial Resistance Centre

CONTRIBUTEUR AU BLOGUE

Paul Naphtali

Paul Naphtali est un bénévole chez FK Canada et un candidat au doctorat qui étudie les communautés microbiennes dans les voies respiratoires des personnes fibro-kystiques et les infections par les souches épidémiques dans les prairies. La thèse de Paul porte sur l’identification des gènes qui peuvent contribuer à la dynamique des infections microbiennes dans les voies respiratoires des personnes fibro-kystiques par le séquençage de l’ARN. Ses spécialités de recherche comprennent la microbiologie, la bioinformatique et l’analyse de l’expression génétique.

SUBVENTIONS DE RECHERCHE DE FIBROSE KYSTIQUE CANADA

Fibrose kystique Canada est heureuse d’annoncer le lancement de son concours de subventions et de bourses de recherche cet automne qui permettra de soutenir la recherche de pointe sur la fibrose kystique au Canada. Nous accepterons les demandes de scientifiques et de cliniciens d’établissements canadiens pour différentes subventions et bourses. Nouveauté cette année, les candidats aux concours de subventions fondamentales ou cliniques et de bourses pour chercheurs en début de carrière devront expliquer en quoi leur recherche s’attaque aux principales priorités de recherche de la communauté FK au Canada. Après avoir mené un examen scientifique, un comité d’examen composé d’intervenants de la communauté FK aidera à déterminer quelles subventions de recherche devraient être financées. Pour en savoir davantage sur le processus de demande, cliquez ici.